Un Moyen Age Republican Paradoxes du theatre en temps de guerre

Helen Solterer

Presses universitaires Paris-Sorbonne 2013

Un Moyen Âge républicain retrace l’histoire de deux militants, Gustave Cohen et Moussa Abadi, et de leur troupe baptisée les « Théophiliens ». Ces deux parcours permettent d’enquêter sur la surprenante volonté de faire revivre les formes médiévales chez ceux qui ont vécu deux guerres mondiales, de renouveler la réflexion sur les liens entre le Moyen Âge et les idéologies de l’entre-deux-guerres et de souligner l’existence paradoxale d’un Moyen Âge républicain. Alors que l’on se souvient de la récupération par les ligues d’extrême-droite, à commencer par l’Action française et ses Camelots du roy, du passé médiéval de la France, le Front populaire joue de cet imaginaire et s’en nourrit. Le livre démontre aussi que le jeu d’Abadi – y compris le médiéval – constitue non seulement, comme pour ses confrères, un mode de vie, mais aussi un véritable mode de survie. Sous la forme d’un récit accompagné d’une riche iconographie, le lecteur découvrira tout un pan de l’histoire du théâtre de ses liens avec une histoire française bornée par les guerres mondiales. Plus de quarante images créent un deuxième fil narratif : des enluminures du XVe alternant avec des photographies des années trente et quarante, entre autres, les photos de jeunesse d’André Kertész et d’Alain Resnais, les tableaux des symbolistes russes Ivan Bilibin et Mstislav Douboujinsky, ainsi qu’un dessin de Jean-Michel Atlan dédié à Moussa Abadi et daté de 1943. Tout au long de cette enquête, le lecteur rencontrera également dans la troupe théophilienne des créateurs qui ont marqué la vie culturelle de la IVe et de la Ve République : les écrivains Marcel Schneider et Maurice Pons, les metteurs en scène Maurice Jacquemont et René Clermont, le chercheur poète Paul Zumthor, le musicologue Jacques Chailley, et dans les coulisses, Roland Barthes, Roland Dubillard, et Alain Resnais.